Le château de Lenne

L’Intelligence exploratrice Sazu de la famille ascendante du Centre et d’alias Voyage Loin et Reviens nous, rapporte une bien curieuse découverte.

Sur la planète Lenne du secteur de l’Impasse, proche de la tangente du Méridien Indirect Sans Sursis, se trouve les ruines d’une ancienne place forte. La particularité, dans ce cas précis, est qu’il n’existe sur la planète aucun autre vestige de civilisations passées. Ni sur la planète ni sur aucune autre du même système.

Continuer la lecture de « Le château de Lenne »

L’Ԑ Trouble

L’Abram tisse son méridien au plus profond du lointain secteur 513 plaisamment surnommé J’ai une question. Cette zone est un mystère. C’est une des plus vastes de la galaxie Sizissü. Cartographiée tardivement par les Intelligences Ann d’alias Suis-moi et Parria d’alias Etire et Tire, elle couvre une bonne partie du troisième bras septentrionale, partant de son extrémité jusqu’à la moitié de sa longueur.

Continuer la lecture de « L’Ԑ Trouble »

L’Ambassade

Une galaxie à visiter, de nombreuses civilisations à découvrir. Et toutes ne sont malheureusement pas amicales. Certaines sont impliquées dans des conflits parfois millénaires, d’autres ne connaissent, comme modèle de société, que la guerre, et enfin beaucoup n’ont d’objectif que la conquête permanente, l’expansion comme seule moyen d’évolution.

L’Abram est un Traceur particulièrement doué pour négocier avec ces civilisations. Il aime par-dessus tout développer ses Méridiens au sein de ces systèmes complexes, respectant le devenir des sociétés belliqueuses, et les amenant inexorablement vers des destinées plus pacifiques et par la même plus durables.

Il nomme cette politique l’Ambassade.

Continuer la lecture de « L’Ambassade »

L’Ecole des Mondes

L’Ecole des Mondes enseigne l’histoire des peuples contemporains. Elle est réputée pour la qualité de ses historiens. Ce sont tous des Danseurs Visages① qui adoptent la culture qu’ils étudient. Les informations qu’ils collectent durant leur campagne d’infiltration sont transmises à l’institution au travers de nexus fœtaux. Il suffit à l’agent de rêver pour que le monde qu’il étudie soit décrit dans les manuels d’histoire de l’Ecole des Mondes.

Mais la mission de ces professeurs au genre si particulier est dangereuse. Car même si les Danseurs Visages sont les maîtres du déguisement et de la duperie, certaines civilisations se laissent difficilement espionner et il n’est pas rare que l’on perde la trace de ces guerriers du savoir.

① Adaptation des Danseurs Visages pacifiés de Franck Herbert

L’Ascola

De nombreux résidents emportent leur maison avec eux, à bord de l’Abram…

Certes, la place est limitée, mais lorsque le futur passager sait être convaincant, le Traceur parvient presque toujours à faire un peu de place pour embarquer son habitation.

On imagine aisément l’ensemble hétéroclite que cela peut donner, une fois rassemblées demeures de tous types, de tous temps, de toutes races… de toutes planètes, biomes, cultures, styles, natures. De partout et surtout d’ailleurs.

L’une de ces demeures embarquées est nommée par les passagers l’Ascola.

Continuer la lecture de « L’Ascola »

L’Aurosma à l’appontage

Il ne devait pas revenir aussi tôt.

L’Aurosma voyage du côté de la Sombre Ordonnée.

A son bord, deux cent soixante citoyens.

Ils ont pris part au projet de la future colonie Aïta.

Aïta, chaman de la Pensée Inachevée qui inspira le voyage de l’Abram.

La Pensée Inachevée est l’expression du talent de Projection Inachevée.

Aïta et ses frères et sœurs de Pensée préparent tout au long de leur vie leur unique voyage. Le jour où ils font appel à leur Amada, l’aiguillon du Triche, le mouvement qui les projette de part l’espace normal et les emmène vers un périple transcendantal aux quatre coins du XYZ et de ses plans voisins, en une course de fous follets dont la durée ne tient qu’à l’aléatoire de leur trajectoire.

Continuer la lecture de « L’Aurosma à l’appontage »

La Coursive

La coursive est déserte. Les bandes d’éclairage fluorescent dispensent leur faible lumière verte depuis plus de trois cent trente années standards.

Durant les premiers cycles d’abandon du navire, les logimecs d’entretien ont tenté tant bien que mal de réparer les lourdes avaries subies par le vaisseau. Mais sans aide extérieure ils n’ont pu qu’intervenir ponctuellement, çà et là, pour sauvegarder ce qui pouvait l’être par leur travail modeste mais obstiné, parant au plus urgent, reculant peu à peu, abandonnant progressivement au vide spatial salles, corridors, hangars, passerelles et secteurs entiers. Jusqu’à ce qu’il n’y ai plus que cette coursive à entretenir. Et ils l’avaient fait avec résolution sachant pourtant que leurs efforts étaient désormais vains.

Puis ils cessèrent eux-mêmes de fonctionner.

Continuer la lecture de « La Coursive »

Laby

Cinq cycles majeurs après la crise énergétique, une résidente se présenta au Naviguant pour lui proposer un projet très particulier.

D’alias Belle Interrogation, cette représentante de la Ligne, une pensée circulaire du courant Repenti, voulait se perdre seule dans un univers non étagé afin de mieux, de réellement trouver l’âme sœur.

Pour cela, il lui fallait un labyrinthe. Un grand labyrinthe. Et c’est ce qu’elle demanda à l’Abram Onéguïne.

Le projet ne fut pas accepté immédiatement. Ces deux-là durent se voir, se connaître, s’apprendre avant de se comprendre. Mais ils firent le chemin et devinrent amis. Et l’on commença à construire le Labyrinthe.

Continuer la lecture de « Laby »