Milles et un matins

Rappel de la situation : moi, Tacine, suis toujours prisonnier dans un vaisseau scorpionnaute.

Ce qui suit sont des fragments de mon journal. Je n’ai pas tout mis parce que franchement, beaucoup de passages y sont d’un pleurnichard navrant.

Il y’a de cela longtemps, maintenant

Le regard de Tacine

Ce journal devait bien voir le jour… un jour. Peut être suis-je arrivé au terme de ma misérable existence. La fin du pauvre petit apprenti bibliothécaire ballotté aux quatre coins de notre vieille galaxie pourrissante. Oui, croyez-moi, il n’a plus grand chose de reluisant notre triste amas d’étoile, berceau d’une civilisation qui a aujourd’hui rendez-vous avec sa fin… enfin.

Trois ans que je suis leur petit animal de compagnie. Trois ans… bien plus que mille et une nuits. C’est aussi par le récit des histoires de mes livres que je survis au matin le matin.

Au début, le risque de mourir à tout instant, victime d’une saute d’humeur d’un élément de la meute, m’a rendu fou. Et c’est sûrement cela qui m’a, bien malgré moi, sauvé la vie. Pour peu que l’on puisse considérer mon existence actuelle comme une vie.

Continuer la lecture de « Milles et un matins »