La vie sauvage

La vie sauvage

Nombreux sont les citoyens qui embarquent à bord d’un traceur avec pour ambition un retour à la vie sauvage. On ne compte plus les colonies permettant à leurs habitants d’abandonner derrière eux tous les artifices de la société impériale, pour vivre une existence libre au sein d’une nature vierge, intacte, originelle. Mais sans pour autant tout concéder à la dure réalité d’une vie hors du cocon protecteur de nos cités, de nos arcologies, de nos stations et vaisseaux intelligences, de nos Traceurs ! Regardons cela d’un peu plus près.

Un mouvement a tenté de proposer un cadre pour ces candidats à la renaissance. Il s’est autobaptisé l’Elan Provocateur. Pourquoi provocateur ? Certainement, mais il existe plusieurs théories à ce sujet, les créateurs de ce traité un brun survivaliste ont poussé leur théorie à une époque où la mode du retour à des sociétés plus simples, moins technophiles, plus éloignées des traditions impériales, était fortement critiquée par de nombreux intellectuels fervents défenseurs de notre culture évolutionniste.

L’Élan Provocateur a alors développé le concept un peu plus loin. En fait beaucoup plus loin, prônant un retour radical à la nature. Mais tout en conservant leur identité intrinsèquement Bio Métal Impériale. Les Provocs, comme on aime à les appeler, abandonnent toutes leurs possessions. Il conserve néanmoins leur sonde Farmer et une armure DioDerm autonome. Cette armure invisible protège efficacement de la plupart des agressions externes. Elle régule la température, filtre les rayonnements nocifs, absorbe la plupart des chocs traumatiques, recycle les déchets corporels (urine, sueur, excréments, gaz, etc.) assainit les aliments et les boissons ingérés. Ajoutez à cela une capacité AG (antigravité) et un mode offensif censé n’être utilisé qu’en dernier recours. Cela fait de nos aventuriers des demi-dieux certes nus mais somme toute suffisamment puissants pour endosser leur nouvelle existence plus comme des observateurs que de véritables survivants.

Et observateurs c’est bien ce qu’ils sont en premier lieu devenus. L’intérêt premier de ces armures DioDerm et leur capacité à se faire oublier. Pilotée par un adjudicateur symbiotique du plot vertébral, elle ajuste son niveau de défense au mental de son hôte. C’est-à-dire, à sa capacité, sa volonté de se confronter au milieu naturel.

Et c’est ainsi qu’un phénomène intéressant a pu être observé. Les premiers Provocs utilisaient en général le plein potentiel protecteur de leur combinaison. Beaucoup de leurs détracteurs ont ainsi qualifié ce mouvement, au mieux d’expérimentation puérile et vouée à l’échec, au pire de mode subversive et dangereuse dont la seule qualité était d’être à coup sûr éphémère. Ce ne fut ni l’un ni l’autre. Les Provocs furent de plus en plus nombreux à s’expatrier sur des mondes sauvages jusqu’à maintenant ignorés des méridiens impériaux. Et plus étonnant, les plus anciens d’entre eux commencèrent à baisser sensiblement le niveau de protection de leur DioDerm, certains allants jusqu’à désactiver totalement cette dernière pour vivre finalement l’expérience ultime du Bio rendu à sa vie première, celle du milieu naturel. Une disparition volontaire, une dissolution pour n’être plus qu’une cellule parmi l’infinité du vivant.

La vie sauvage

Illustration : Bart

Des extrémistes allèrent même jusqu’à déconnecter les automations de persistance de leur complexe C. Ils restèrent rares mais les craintes de voir les Provocs touchés par la gangrène de l’autodestruction sectaire réanimèrent au sein de notre société l’inquiétude que nous connaissons si bien face à cet inconnu pernicieux qui plus d’une fois dans l’histoire Impériale a bien failli nous entraîner tous sur la voie de l’oblitération totale.

Il en fut fort heureusement tout autrement. Les Provocs évoluèrent, s’organisèrent autour des textes fondateurs de l’Elan Provocateur jusqu’à devenir l’une des sphères les plus influentes de la Pensée d’Evolution. Ce qui fait des Provocs une société riche et précieuse pour l’Empire.

La mission de transmission de leurs connaissances qu’ils se sont donnée nourrit tant et si bien de nombreux Liants de la Téalité qu’ils nous sont même devenus indispensables. Au sein de leur écosystème d’accueil ils étudient et rendent compte de leur découverte à l’Admin de leur Pensée. Leurs connaissances enrichissent le travail des scrutateurs du Mutex comme nul autre pareil.

Notre avenir est-il dans le recul civilisationnel. Gardons-nous en bien. Poursuivons notre plan de la multitude. Suivons la direction donnée par Solune. Multiplions les possibles. Acceptons l’inattendu, expérimentons l’étrange attraction et ouvrons-nous au franchissement des caps.

Illustration principale : Aeon-Lux