Paul Chadeisson illustration

Le prieuré de Grandmont

Des ultra-orthodoxes au sein de l’Abram

Leur quartier a été importé de leur monde natal et installé au cœur du Traceur. Un ensemble architectural de la plus grande austérité. Leur mode de vie est monastique pour certain, faîte du plus grand dénuement pour d’autres et toujours d’une extrême sévérité pour tous. Isolement, silence, méditation, une foi aveugle, une croyance absolue.

La communauté accueillie par l’Abram se fait appelée Abadance Borerou ou tout autrement et plus simplement les Converts. Originaires de la planète Nononbscure du système impériale Anglock, les Converts sont certainement la communauté la moins extrémiste de ce monde. Et pourtant leurs interdits et leurs dogmes sont d’une rigueur propre aux éternels fous de dieux.

Nous pourrions nous interroger sur la motivation qui a pu pousser notre Traceur à embarquer une telle société dont le principal objectif dans ce voyage est, n’en doutons pas, une mission d’évangélisation et de propagation de leur foie mortifère. Difficile de cerner le dessein de l’Abram dans cette affaire. N’oublions pas que les places dans un Traceur sont rares et que partout dans l’ancien Empire fleurissent des milliers de civilisations humanistes, riches d’intelligence, d’empathie, de bienveillance. Des sociétés éclairées aux ambitions généreuses qui mériteraient sans doute bien plus d’être aujourd’hui à nos cotés que ces adeptes de l’obscurantisme le plus totale qui ne souhaitent d’ailleurs qu’une chose, ne pas nous voir, ne pas nous parler, ne pas vivre avec nous.

La condition que l’Abram a imposé à cette communauté pour quelle puisse faire partie du voyage peut sans doute nous éclairer sur ses motivations. Les Converts pouvaient embarquer à la condition sans appel de renoncer à créer leurs propres colonies dans notre galaxie d’accueil.

Ils ont accepté sans que le Traceur ait eu à se justifier.

Un secteur du troisième segment leur a été réservé. Ils y ont fait installer leurs temples, leurs habitations communes, leur « refuge de l’assemblée », leurs jardins d’enfants, leur hôpital (tout droit sortie d’un autre temps), leurs véhicules NT3 et enfin leur vieux Yawl1 Navyméké.

Une des règles strictes que les Converts se doivent de respecter est le rejet obstiné des tous contacts avec les Intelligences. En voici quelques autres parmi les principales :

  • Interdiction d’observer la Toile
  • Séparation systématique des sexes dans la vie de tous les cycles
  • Les unions sont programmées par la Shloya
  • La démographie est contrôlée ainsi que la répartition des populations homme / femme
  • La parité a été abolie
  • Aucune mixité raciale pas plus que sociale n’est tolérée
  • La hiérarchie des castes religieuses st scrupuleusement respectée.

Les principaux acteurs de l’organisation ecclésiastique sont :

  • Le Poya : chef de la communauté, il est désigné par les quatre Cadrans pour une durée variable dépendante de la qualité de son Distrabia (discours de soutenance de l’examen final de sa candidature)
  • Les Cadrans : chef des quatre bourgs organisant la répartition des familles au sein du quartier. Cette répartition correspond à des regroupements d’activités :
    • L’Admestre : toutes les activités administratives
    • La Ratia : toutes les activités religieuses
    • La Manalia : toutes les activités artisanales
    • L’Astria : bourg sécurisé où sont menées les activités que les Converts souhaitent garder secrètes …
  • Les Patriarches : Converts retirés de la vie active siégeant au Parlement. Ils sont consultés en dernier recours lors des conflits internes à la communauté. Leur décision est irrévocable.
  • Les Branlants : les individus les plus en marge de la communauté. Ils ont en charge de communiquer avec l’extérieur, avec les Nieurs, les hâtés, les hérétiques… Nous en fait. Les échanges avec les Branlants se font selon un protocole bien établi, jamais directement, à minima derrière une vitre de protection et bien sûre jamais en seconde voix.
    Ci dessous un Branlant (auteur inconnu)
Un Branlant - auteur inconnu

Les Converts ont donc investi leur quartier pour presque aussitôt disparaître de la vie publique de l’Abram. Ils sont là, vivant en quasi-autarcie, un Branlant intervenant parfois, rarement, auprès d’un avatar de l’Abram et puis … rien de plus. Lorsque l’on interroge le Naviguant à leur sujet il se contente généralement de répondre que les Converts ont, pour l’instant, respecté leur part du marché. Mais je ne suis pas certain, pour ma part, de vraiment connaître les tenants et les aboutissants de ce marché.

Journal de bord – Abram Onéguïne – 1022 cycles longs

Un article de notre très estimé Tacine m’a diverti un temps de mes préoccupations du moment. Dans cette trame joliment indiscrète publiée à un moment savamment mal choisi, il y’est fait mention de nos invisibles passagers : les Converts. Tacine s’interroge tout naturellement sur les diverses motivations qui ont menées à cette intrigante situation : un Traceur abritant une communauté ultra-orthodoxe en notre sein. Vous connaissez peut-être les termes du marché originel. J’acceptai d’accueillir une communauté de Converts à mon bord mais à la condition que ceux-ci ne créent pas de colonies dans la galaxie Sizissü. Après de longues et vaines tentatives pour me faire changer d’avis les Converts acceptèrent. Tout me portait à croire alors que les Converts ne souhaitaient nullement tenir parole et qu’ils tenteraient de fonder une nouvelle communauté quelque part sur l’un des mondes hospitaliers de notre galaxie d’accueil dès que s’en présenterait l’occasion.

Et cela servait et sert toujours mon dessein.

C’est un des mes petits plans spéciaux2.

Je mise sur les Converts pour créer une nouvelle église humaniste. Pour cela j’appliquerai à la communauté que nous avons embarqué toute la savante assimilation que manie si habilement l’Empire depuis toujours. Je respecterai et je discuterai. La tâche sera ardue n’en doutons pas, les Converts ne souhaitant respecter qu’eux-mêmes et refusant pas la même la plupart des pourparlers que nous souhaiterions entamer. Mais nous avons le temps pour allier.

Je discuterai donc et j’emploierai aussi des ambassadeurs un tant soit peu particuliers. Oui, je souhaite infiltrer des agents de la Lice. Vous pensez que je joue avec le feu et que j’outrepasse mes prérogatives. Pas vraiment. S’il est vrai que c’est moi qui aie accepté d’embraquer les Converts il n’en reste pas moins que leurs traditions / organisation / comportement / attitudes contreviennent aux règles des Traceurs et ce dans les grandes largeurs. Je serai en droit d’invoquer mille fois la clé Burrough pour démanteler la communauté et renvoyer tous les Converts à la Pater avant l’arrivée d’un Transilien libérateur. Mais vous l’avez compris, tel n’est pas mon plan. Il y’a dans les fondements du culte des Converts le germe d’une grande religion pacificatrice. La notion de solidarité y est omniprésente. Mais elle a été pervertie et transformée pour servir des castes de mâles autoritaires, fanatiques, misogynes et décadents. Mais le doute existe déjà en leur sein. Je l’ai vu. J’ai vu des femmes tenter de s’élever ou fuir, j’ai vu des hommes vouloir aimer sans que les règles ne le permettent. J’ai vu des prêtres tenter des réformes certes minimes et vouées à l’échec, mais essayant tout de même de faire évoluer les choses.

Je vais faire des Converts un immense pouvoir de générosité, de fraternité, d’entraide. Ils rayonneront d’un amour si puissant, si vrai, qu’ils participeront à l’édification d’une belle civilisation d’équilibre.

Et puis il sera divertissant de jouer avec cette petite société dictatoriale, de tenter de faire naître cet opposé que j’appelle de mes vœux sur le terreau de leur extrémisme puant.

Je vais donc multiplier les tentatives de contacts et solliciter avec insistance les Branlants en les entreprenant sur des questions théologiques. Là-dessus, ils ont toujours des difficultés à garder le silence. Je réussirai à créer des liens.

Je maintiens une surveillance serrée de toutes les activités de la communauté. J’utilise déjà pour cela mon droit d’Admin de contrôle des facteurs à risques. Oui, parfois, la société des Traceurs peut avoir quelques relents d’état autocratique. Nous sommes les enfants de l’Empire.

1) Yawl : vaisseau civil de type Liner NT 4 doté de propulsions anti-gravitique et infra-luminiques linéaires

2) Note de publication : ce que la naviquant appelle ses « petites plans spéciaux » fait généralement référence à des projets connus de lui seul et donc inconnus du servant Solune et de l’Assemblée Permanente.

Illustration principale : Paul Chadeisson